Les labels notamment alimentaires font-ils vendre ? Tout dépend. Une récente étude Kantar Worldpanel réserve quelques surprises.

Le marché du bio vient d’enregistrer une croissance annuelle de 17 % en valeur. Faut-il en déduire que le label AB attire le consommateur ? Non. Une étude Kantar Worldpanel révèle que s’il fait partie des labels les plus connus (95 % de notoriété),  il n’est pas jugé incitatif à l’achat pour près d’un tiers des personnes sondées. Sa note moyenne de confiance est de « seulement » 6,9 sur 10, et 20 % des Français estiment qu’il s’agit d’une mention purement publicitaire. Les distinctions « Elu Produit de l’année » et « Saveur de l’année » enregistrent également un très bon niveau de notoriété : elles sont connues respectivement par 83 % et 89 % des Français mais moins de la moitié d’entre eux convertissent cette reconnaissance en achat. 64 % estiment, là encore, que ce sont des « mentions publicitaires ». Les notes moyennes de confiance de ces distinctions (5,8 et 5,9 sur 10) sont même les plus basses des 34 logos étudiés. A l’inverse, des labels nettement plus confidentiels trouvent leur cible. Ainsi Cruelty Free (produit non testé sur les animaux) n’a beau être reconnu que par 7,6 % des foyers, il enregistre une excellente note de confiance (8 sur 10) et 52 % de ses connaisseurs déclarent que ce logo est « tout à fait incitatif à l’achat ». C’est le meilleur score de l’étude.   Labels_Kantar_Worldpanel

 

©Djangocollectif